Comment lutter contre le vol de son vélo électrique ?

Véritable épidémie, le nombre de vol de vélo est estimé à 321 000 en France en 2016 par l’INSEE (Institut national de la statistique et des études économiques). Ce nombre est en hausse sur la période entre 2013 et 2016 par rapport à la période s’étendant de 2006 à 2012. En 2016, on dénombre 53% de ménages possédant au moins un vélo ; hors parmi eux, 2% déclarent avoir été victime d’un vol de vélo. Dans la plupart des cas, le vol de vélo sera réussi. On dénombre encore peu de tentatives de vol comparativement au nombre de vélos volés.

Lutter contre le vol de vélo n’est cependant pas une tâche impossible ! En effet, dans de nombreux cas, le vol aurait pu être évité à l’aide une meilleure sécurisation. Velobecane vous donne tous les conseils dont vous avez besoin dans cet article, afin de vous prémunir et réduire drastiquement le risque de vol de votre vélo électrique.

Quelques statistiques sur les vols de vélos

Les vols de vélos ont plus souvent lieu de jour, en premier lieu lorsque le véhicule a été stationné dans la rue, et en second dans un local ou un garage fermé. La région Parisienne est la zone géographique la plus touchée par le vol de vélo. Les agglomérations de plus de 100 000 habitants ont également un nombre plus important de vol que la moyenne. Comme on peut s’y attendre, les ménages vivant en appartement sont les plus concernés.
Sur le site du ministère de l’intérieur, vous trouverez le rapport d’enquête plus détaillé « Les vols et tentatives de vol de vélos ».

Comment protéger au mieux votre vélo ? Quelles sont les diverses options existantes ?

1. Les antivols

Un classique mais non des moindres, l’antivol ! Il reste un accessoire indispensable à avoir lorsque l’on possède un vélo électrique. Vous pourrez trouver sur le site de Velobecane, plusieurs possibilités intéressantes pour protéger votre vélo.
Bon à savoir : Les antivols en forme de U sont plus efficaces et résistants que les flexibles. Vous en trouverez sur la boutique Velobecane à un bon prix. En complément, vous pouvez tout à fait ajouter un antivol de roue par exemple.

Certains achètent également une alarme pour leur vélo électrique réagissant aux mouvements (lorsque le vélo est tiré, déplacé, qu’on s’asseoit dessus…). Cela permet ainsi d’effrayer un potentiel voleur. Vous pouvez aussi éventuellement trouver un antivol qui dispose d’un système d’alarme.
Dans tous les cas, ne laissez jamais votre vélo électrique sans antivol stationné dans la rue, même pour une minute. Apprenez également à bien attacher votre vélo. La meilleure option consiste à attacher la roue avant et le cadre du véhicule à un élément fixe à l’aide d’un antivol de bonne qualité. Il est plus intéressant de protéger votre roue avant que arrière, car celle-ci disposant du dérailleur n’est pas aisément démontable.

2. Bien choisir le lieu où garer son vélo

N’hésitez pas à garer votre vélo bien à la vue de tous, par exemple avec de nombreux vélos autour ou dans une zone éclairée la nuit. Cela rendra la tâche plus difficile à un éventuel voleur de ne pas se faire remarquer.

Par ailleurs, en ville, on peut trouver une multitude de parkings sécurisés pour les voitures. Il est donc cohérent qu’avec une augmentation de l’utilisation du vélo, on crée également ce type de parkings adaptés à ce mode de déplacement. Ainsi, Rouen fait partie des villes qui ont mis en place ce type de dispositif afin d’assurer une plus grande sérénité à ses habitants quand à l’usage du vélo. Normalement obligatoires dans les locaux commerciaux construit depuis 2017, tous les bâtiments récents ne proposent pas un parking ou celui-ci n’est pas forcément bien sécurisé. Veillez donc bien à observer si le lieu vous semble sécuritaire avant d’y déposer votre vélo électrique.

Dans le cas d’un usage privé, nombre d’entre vous possèdent un garage collectif, par exemple, celui d’un immeuble. Pour assurer une plus grande protection de votre vélo, vous avez la possibilité d’ajouter une ancre au sol.

3. Le bicycode

Le plan vélo mené par le gouvernement dans l’objectif de valoriser le vélo comme méthode de transport efficace, économique et écologique met notamment l’accent sur les vols de vélo. Selon les statistiques, le vol de vélo serait une cause importante de renonciation de nombreuses personnes à l’achat. Ainsi, pour faciliter le quotidien des français, l’Etat lance une nouvelle mesure au 1er janvier 2021, obligeant l’identification de tout vélo mis à la vente. Les propriétaires de vélos volés pourront ainsi avoir plus de chance de récupérer leur bien.

Cette méthode d’identification déjà existante est appelée “le marquage Bicycode”. Cela signifie que le cadre de votre vélo électrique sera gravé d’un numéro anonyme unique apparaissant au sein d’un fichier national accessible sur internet. Ce code infalsifiable de 14 chiffres constitue en quelque sorte votre plaque d’immatriculation et peut aussi dissuader le vol de votre vélo. Pour l’obtenir, rien de plus simple, vous pouvez vous rendre au sein de l’un des multiples opérateurs Bicycode existant dans la ville la plus proche de chez vous. Etant donné la sécurité qu’il apporte, il a un faible coût compris entre 5 et 10 euros.

Selon la FUB (Fédération française des Usagers de la Bicyclette), sur leur estimation de 400 000 vélos volés par an, 150 000 seraient retrouvés à l’abandon. C’est le défaut d’identification actuel qui ne permet pas de retrouver les propriétaires de ces vélos dans la majorité des cas. C’est la raison pour laquelle le marquage Bicycode a tant d’intérêt.

4. La géolocalisation

Pourquoi ne pas profiter des avancées technologiques afin de mieux protéger votre vélo ? Un système de trackage du vélo peut constituer une solution efficace en cas de vol réussi. Vous pouvez acheter des accessoires connectés pour votre vélo électrique ou vous pouvez placer directement vous même des puces Bluetooth ou NFC à un endroit discret (par exemple, sous la selle). Cela vous permettra ainsi de récupérer les coordonnées GPS de localisation de votre véhicule lorsqu’un autre vélo équipé de ce système passera à proximité.

5. Une assurance

De nombreuses assurances vous protègent contre le vol de vélo. Il va sans dire qu’il s’agit d’un complément aux options proposées ci-dessus et n’empêche absolument pas de sécuriser au maximum votre bien. Sur notre blog Velobecane, nous avons déjà réalisé un article sur les assurances qui pourra vous éclairer dans votre choix.

Comment réagir si votre vélo a effectivement été volé ?

Tout d’abord, avant de céder à la panique, vérifiez bien que vous n’avez pas tout simplement oublié l’endroit où vous avez laissé votre vélo (on peut vite être amené à confondre sur un grand parking par exemple). Ensuite, envisagez qu’il ai pu être déplacé ou emporté par la Ville si vous l’avez mal garé ou laissé un endroit pouvant occasionner une gêne. Cherchez autour de votre localisation et contactez les services de la Ville si nécessaire.

Si le vol de vélo est confirmé, n’hésitez pas à vous rendre dans un commissariat pour porter plainte. Gendarmes comme policiers sont amenés à retrouver des vélos qui ont été égarés ou volés. Si votre vélo en fait parti, vous serez ainsi contacté par leurs services. Lors du dépôt de plainte, on vous demandera des documents d’identité, la facture d’achat de votre vélo électrique, votre passeport bicycode si vous en avez un et Velobecane vous recommande également d’ajouter une photo du véhicule. Vous disposerez ainsi d’un dossier complet vous donnant le maximum de chance possible de le retrouver. Si vous possédez une assurance, il faut savoir que le dépôt de plainte est nécessaire, et il vous faudra leur déclarer le vol le plus rapidement possible.

En parallèle de votre plainte, déclarez le vol sur l’espace dédié bicycode afin d’être contacté par un internaute ou la police si votre vélo est retrouvé.

Lorsqu’un vélo est dérobé, il a de grandes chances d’être revendu sur internet. Cela peut être fastidieux, mais il est utile de regarder si vous le retrouvez sur des sites de petites annonces connus. Des sites se développent également aujourd’hui pour partager son vol de vélo à un grand nombre ou comme, par exemple, à Bordeaux pour en retrouver le propriétaire.

Le vol de vélo constitue la première cause à l’origine de la non pratique du vélo notamment lors des trajets domicile-travail. Ceux qui se sont fait voler leur vélo renoncent dans un quart des cas à en racheter un par la suite. Cette situation est tout à fait dommageable pour la bonne évolution du vélo électrique. Ainsi, rassurez-vous, dans la plupart des cas, le vol a lieu chez des néophytes qui ont bien souvent mal accroché leur antivol ou en ont acheté un cassable facilement. Avec cet article Velobecane, vous avez donc toutes les clés en main même si vous êtes débutant, pour bien vous protéger contre le vol ! Il y a donc très peu de chances que cela vous arrive si vous suivez nos conseils.



Commentaires

Aucun commentaire pour le moment!

Laisse ton commentaire

Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre